12/02/2012

Revue de presse sur Vielsalm.

logo blog.jpg

Sur l’île de Saint-Martin, le froid, on ne connaît pas

Jessica Manfredini est originaire de Farnières (Vielsalm). Cette infographiste de 26 ans vit sur l’île de Saint-Martin, dans les Antilles. “ ” “ ” “ ” “ ” “ “ ” “ ”

Les températures polaires, à Simpson Bay, sur l’île Saint-Martin, Jessica Manfredini ne connaît pas. Chez elle, le thermomètre affiche en ce moment des valeurs largement positives: de 24 à 27 degrés. De quoi faire rêver! Dès qu’elle quitte le bureau, elle enfile son bikini. Direction: la plage. Quand on lui demande quels sont ses hobbies sur cette île lointaine des Antilles, elle répond sans hésiter: Je mentirais si je n’évoquais pas la plage. J’apprécie aussi le shopping, même s’il y a moins de magasins qu’en Belgique, le cinéma, le casino et les sorties.Le soleil, la mer, la beauté des paysages: elle ne s’en lasse pas! Fille de Claudy Manfredini, l’un des “ talents ” de l’émission “ The voice ”, Jessica, 26 ans, est infographiste. Elle a grandi à Farnières, près de Grand-Halleux (Vielsalm). Un coin d’Ardenne aux hivers rigoureux. Avant de faire la connaissance de Yannick sur un forum d’infographie, elle n’avait jamais entendu parler de cette île paradisiaque. Yannick, mon compagnon, est né en France, poursuit-elle. Il vit à Saint-Martin depuis plus de 10 ans. Je l’ai rejoint en

décembre 2010 avec, comme projet, de monter notre propre société de graphisme. Par la suite, nous avons eu chacun de belles opportunités de travail dans notre domaine.Actuellement, Jessica travaille pour une société de communication qui réalise des enseignes et tous types de supports visuels publicitaires. Le couple s’est d’abord installé aux “ terres basses ” dans la partie française de l’île. Depuis quelques mois, il vit à Simpson Bay, du côté néerlandais. Le style de vie est totalement différent de celui de la Belgique, poursuit-elle. Les gens sont beaucoup plus zen mais aussi beaucoup plus lents. ” Elle reconnaît que la transition avec l’existence “ speedée ” qu’elle avait en Belgique n’a pas été simple.C’est un peu difficile au début quand on a l’habitude que tout aille très vite. En Belgique, à un guichet de banque, par exemple, il ne faut pas plus de quelques minutes et s’il y a deux ou trois personnes devant vous, ce n’est pas la fin du monde. Ici pour aller à la

banque vous savez très bien qu’il faut y aller de bonne heure et encore! Car à peine entré, il y a déjà minimum 15 personnes devant vous. Il faut faire la queue pendant plus d’une heure. Le “ Carribean Style ”, au début cela vous énerve, au bout d’un temps on s’y fait!Aujourd’hui, son île, elle ne la quitterait pour rien au monde. Sa conclusion:J’y suis j’y reste. Je me suis même fiancée il y a deux semaines.

Jessica s’est fiancée sur son île voici seulement deux semaines.

N.L.

(La Meuse).

Les commentaires sont fermés.