17/02/2012

Revue de presse sur Vielsalm.

la meuse2.jpg

 

Vielsalm: Jaloux, il met le feu à son peignoir

<P><LEGENDE>Quand il a vu chatter sa femme avec un homme, il a vu rouge. NEWS</LEGENDE> </P>

Quand il a vu chatter sa femme avec un homme, il a vu rouge. NEWS

n.c.

Tentative de meurtre sur son épouse, incendie volontaire de sa maison... Le 13 août 2011, à Vielsalm, Boris a vu rouge. Après avoir découvert que son épouse chattait sur Facebook, il a cru qu’elle le trompait. Il a bu, puis a littéralement pété les plombs.

Quand j’ai vu que mon épouse chattait sur Facebook, j’ai cru qu’elle avait un amant. J’ai voulu prendre le large. ” Le 13 août 2011, il fait soir lorsque Boris quitte le domicile conjugal, à Vielsalm. Il est furieux. Il se rend alors dans la région de Huy. Toute la nuit, il y écume les bistrots.

De retour au petit matin, il se rend à la boulangerie où travaille son épouse. Là, il détruit du mobilier. Demande que son épouse rentre à la maison avec lui. Elle poursuit son travail. Boris ne veut pas en rester là. Il rentre chez lui, prend son peignoir et y met le feu. Les restes de ce dernier seront retrouvés sous un meuble par les pompiers.

Je ne voulais pas mettre le feu à ma maison. J’ai lancé mon peignoir contre le sol, pas sous le meuble. Je voulais juste que cela fasse rentrer ma femme à la maison, ” explique Boris.

Au cours de ce même épisode, Boris sera également pris à foncer avec sa voiture ainsi que sur un tiers, présent un peu par hasard sur les lieux.

Les préventions retenues à la charge de Boris sont lourdes. Tentative de meurtre sur son épouse et un voisin. Incendie volontaire. Destructions...

Le Parquet, par la voix du substitut Luc Van Malcot, a nuancé en rappelant le contexte des faits. “ Madame n’a jamais trompé Monsieur comme ce dernier le pensait. Et comme elle l’aime, elle le materne et le soutient dans sa lutte contre l’alcool. Car le prévenu n’est pas mauvais, il a été emporté par son alcoolisme, ” a-t-il, en substance, expliqué. Le substitut estime toutefois que les faits commis sont graves. Il réclame quatre ans de prison mais ne s’oppose pas au sursis.

Conseil du prévenu, Me Duquesne a tout simplement demandé l’acquittement à titre principal. “ Monsieur était malheureux. Il voulait attirer l’attention de Madame, qu’elle rentre de la boulangerie afin qu’ils puissent se parler...

Le tribunal rendra son jugement le 2 mars prochain.

Prolongez l’info dans La Meuse Luxembourg de ce samedi.

Les commentaires sont fermés.