17/04/2012

Revue de presse sur Vielsalm.

Antoine Demoitié, 30e: “Pas prêts à affronter ça”

<P><LEGENDE>Warnier et Demoitié. </LEGENDE><CREDIT> KR</CREDIT> </P>

Warnier et Demoitié.KR

n.c.

Cyclisme - Liège-bastogne-liège espoirs, samedi Des conditions de course horribles et un vainqueur venu du froid

Le Danois Michael Andersen a succédé ce samedi à Tosh Van der Sande au palmarès de Liège - Bastogne - Liège Espoirs. Une édition qui restera gravée dans les mémoires et dans les os de ces courageux coureurs, qui ont parcouru 130 des 180 kilomètres trempés comme des cannes et frigorifiés.

Ils étaient 187 samedi, Place Mac Auliffe à Bastogne, rêvant de gloire sur l’anneau d’Ans - Alleur. Mais si ce peloton était prêt, armé de mollets aiguisés, il s’est retrouvé confronté à un adversaire qu’il n’attendait pas: le froid glacial. “ Quand on est parti, il ne faisait pas chaud mais le soleil se montrait quand même de temps à autre... Nous sommes partis en court, avec un gilet sans manche pour certains, mais rien de chaud. Nous avons été surpris car nous n’imaginions pas devoir affronter ça. ” “ Ça ”, c’est la douleur des grêlons frappant les muscles tendus et tétanisés, martyrisant les joues et perturbant la visibilité. Ce sont ces gouttes si froides qu’elles paralysent les doigts et empêchent un bon freinage. “ Ça ”, c’est aussi ce tapis blanc, luisant et glissant ayant fait valdinguer des dizaines de coureurs impuissants à terre.

Après une première précipitation du côté de Vielsalm, les coureurs, trempés et grelottant, retrouvaient des conditions moins extrêmes pour filer vers la côte de Wanne, qui lançait véritablement la fin de course. Mais aussi la fin “ tout court ” pour beaucoup, incapables de supporter (NDLR: et on comprend) le froid et la pluie qui n’allaient plus lâcher les coureurs. Chaque kilomètre allait offrir son lot d’abandons.

Ils n’étaient ainsi plus qu’une petite centaine au pied de la Redoute, où l’on retrouvait un trio de tête composé de Bouvry, Turgis et Andersen, le futur vainqueur. Ce dernier, après avoir bien bossé pour garder l’écart et sachant qu’un groupe de contre pointait à 45 secondes au pied de Saint-Nicolas, allait mettre une attaque décisive et s’imposer en solitaire.

Un américain en pleurs

Trois minutes après l’arrivée du vainqueur, les deux premiers Liégeois, Antoine Demoitié et Antoine Warnier, coupaient la ligne, respectivement en 30 et 36e positions. “ Si je n’avais pas eu une roue à accrocher au sommet de la Redoute, j’aurais abandonné ”, avouait un Antoine Warnier glacé mais fier de sa prestation, lui qui a débuté le vélo en compétition... voici 14 mois à peine.

Sur la pelouse centrale, on retrouvait des coureurs sales, transformés en zombies frigorifiés, claquant des dents, les larmes aux yeux, incapables de se relever après s’être effondré avec leur vélo, comme cet Américain sur qui le soigneur venait placer une couverture.

Quelques instants plus tard, on apercevait au loin Arnaud Géromboux, troisième et dernier Liégeois à boucler l’épreuve.

Mais dans ces conditions, et comme si ce parcours n’était pas déjà assez dur, tous les coureurs méritaient des applaudissements nourris.

Et chauds!

Warnier et Demoitié.KR

Les commentaires sont fermés.