02/09/2012

Ecole des devoirs: des enfants sur le carreau à Vielsalm !!!

Ecole des devoirs: des enfants sur le carreau

élection communale.jpg

 

 

  Vielsalm enseignement.

Les locaux de l’AMO l’Etincelle, rue de la Chapelle, sont trop exigus. “ C’est inacceptable ”, lancent certains.

À l’école de devoirs “ Option jeune ”, plusieurs enfants sont inscrits sur une liste d’attente. C’est ce qu’a révélé Françoise Caprasse, la présidente du CPAS de Vielsalm, mardi, au conseil communal, dans le cadre de la présentation du rapport aux comptes 2011. Une situation qui s’explique par l’exiguïté des locaux dans le bâtiment de l’AMO l’Etincelle, rue de la Chapelle.Les demandes et les besoins constatés sont de plus en plus importants, a souligné la présidente.Durant la dernière année scolaire, 27 enfants ont été suivis. Faute de local suffisamment grand, nous ne pouvons répondre à toutes les demandes.Créée en 2007, l’école de devoirs a été reconnue par l’ONE en 2009. Elle propose, pour un euro la séance, un soutien scolaire et des animations ludiques aux jeunes de 6 à 15 ans.

 

Depuis l’an dernier, le CPAS finance, grâce au Maribel, l’un des deux emplois. Sarah Noël a été engagée à mi-temps comme coordonnatrice. L’équipe est renforcée par quelques bénévoles.Outre le fait que l’administration communale n’a plus à assumer cette charge salariale, ce transfert a permis à l’école d’évoluer dans sa philosophie et de toucher des enfants beaucoup plus fragilisés, a précisé Françoise Caprasse.

Le conseiller François Rion (Ecolo) s’est insurgé:Ce n’est pas acceptable de mettre des enfants sur une liste d’attente pour l’école de devoirs. Il faut tout mettre en œuvre pour aider ces jeunes à s’intégrer dans la société.

Pierre Bodson (Intérêts Communaux) a quant à lui regretté qu’un soutien scolaire ne soit pas apporté aux jeunes des villages. Le bourgmestre Elie Deblire a souligné, pour sa part, qu’à l’exiguïté des locaux - dont la capacité d’accueil est limitée à 14 places -s’ajoute un manque d’effectif. Les bénévoles ne sont pas assez nombreux. L’échevine Stéphanie Heyden a tempéré les propos de la présidente du CPAS: Les enfants qui en ont le plus besoin sont directement pris en charge.

Reste que Françoise Caprasse va tenter de trouver une solution avant que l’école ne soit installée dans ses locaux définitifs de l’ancien bâtiment Belgacom. Un bâtiment dont la réhabilitation n’a pas encore débuté.

Parmi les pistes évoquées: l’ancienne école de Grand-Halleux et les Grands Prés à Salmchâteau.

Le conseiller Ecolo Rion demande qu’on trouve une solution.

(lameuse.be)

Les commentaires sont fermés.