18/09/2012

Les Macralles de la Salm reconnues comme Patrimoine Culturel Immatériel

Un peu d'histoire pour une association tellement représentative de notre commune, espérons que nos Macralles perpétuent encore très longtemps ses traditions.

macrs.s.p.jpg

Tout est né d'une certaine Gustine Maka, Marie-Joseph Augustine Lemoine, née à Rencheux en 1836 et décédée à Turnhout en 1915. Femme accablée par les malheurs de la vie, elle perdit ses deux maris jeunes et ses deux fils décédèrent en bas âge. Seule, impotente, boiteuse et dotée d'une imagination débordante, elle errait, courbée en deux dans les rues de Vielsalm, elle épanchait ses malheurs sur qui voulait l'entendre.

Tous les ingrédients étant là pour faire naître la peur ancestrale des sorcières, les gens se méfiaient d'elle, et racontaient qu'elle était capable de jeter des sorts sur les personnes qui osaient la repousser. Appuyée sur son bâton, on disait qu'une fois à l'abri des regards, elle se redressait et marchait normalement.

Un jour, la légende raconte qu'un groupe de jeunes gens partis à la cueillette de myrtilles qui cette année là s'étaient faites rares, revinrent bredouilles après plusieurs heures de recherche. En rentrant chez eux, ils rencontrèrent Gustine Maka qui portait, elle, un panier plein de ces fruits sauvages. En voyant la surprise sur le visage des jeunes gens, la macralle, car c'est ainsi que les gens la voyait, les aurait invités à boire un verre de genièvre et à manger du tchatcha. Les jeunes gens, tentés par le pêché de gourmandise acceptèrent son invitation, mais les myrtilles étant ensorcelées, ils devinrent à leur tour macralles. (*)

(*) Les Macralles du Val de Salm [en ligne].
Disponible sur : <http://www.macralles.be/

Extrait pris sur le site du Patrimoine Culturel Immatériel.

: http://www.patrimoinevivantwalloniebruxelles.be/patrimoines/traditions/fiche_traditions/?n=13

Les commentaires sont fermés.