18/02/2013

Vielsalm: Randonnée alcoolisée ou vol organisé?

Dévaliser un magasin d’informatique en 13 secondes chrono, et par effraction, ce n’est pas à la portée de tout le monde. Surtout complètement ivre. C’est pourtant l’exploit que 4 hommes originaires d’ex-Yougoslavie affirment avoir accompli, un peu par hasard. Pour le procureur du Roi de Marche, il s’agit plutôt d’une bande organisée.

 N.P.


Les prévenus nient, alors que leur matériel «
de vol
» a été retrouvé

P.T.

Les prévenus nient, alors que leur matériel « de vol » a été retrouvé

Le 18 octobre 2012, 4 hommes pénètrent par effraction dans un magasin d’informatique à Vielsalm. En 13 secondes à peine, ils parviennent à s’emparer de 12 ordinateurs solidement chevillés à leur présentoir, avant de prendre la fuite à bord de leur Opel Zafira. L’escapade sera de courte durée. Au terme d’une course-poursuite, la police finit par mettre la main sur les malfrats. Entre-temps, ceux-ci se sont débarrassés de leur butin. Les 4 individus, originaires des pays de l’ex-Yougoslavie, comparaissaient ce vendredi 15 février devant le tribunal correctionnel de Marche. D’après eux, toute cette histoire relève presque du hasard. « On était complètement saoul », témoigne l’un d’eux. « Ce n’était pas réfléchi. Nous étions partis au Luxembourg pour boire de l’alcool. Sur le chemin du retour vers Bruxelles, on s’est trompé de route. Nous nous sommes alors arrêtés devant le magasin pour nous soulager. Deux d’entre nous ont pris une pierre pour briser la vitre et se sont emparés des ordinateurs qu’il y avait à l’intérieur. En repartant, je leur ai dit que je n’étais pas d’accord. C’est pourquoi on a jeté les ordinateurs par la fenêtre de la voiture. »

 

Un autre voiture impliquée ?

 

Lors de leur interpellation, les prévenus nient tout en bloc. Ce n’est que lors d’une audience ultérieure qu’ils reconnaissent avoir participé au casse, et dévoilent l’emplacement où ils ont abandonné leur magot. Des 12 ordinateurs déclarés volés, seuls 9 sont retrouvés. Ce qui laisse penser au procureur qu’une autre voiture était impliquée, et que le récit des prévenus n’est qu’une affabulation visant à couvrir une organisation criminelle. « Au moment de leur interpellation, les policiers ont retrouvé tout l’attirail du voleur dans l’Opel : pince tenaille, lampe torche, plusieurs GSM ainsi qu’un seul talkie-walkie. L’autre devait se trouver dans un autre véhicule. Mais la communication a été interrompue lors de l’arrestation. » Sans parler du délai record nécessaire à l’opération. Soit le signe d’une longue préparation. La défense riposte. « La procureur ne devrait pas reconstituer un scénario différent de celui présenté objectivement dans le dossier. Aucun élément ne permet d’affirmer qu’ils préparaient un mauvais coup. » Pas même l’adresse de Vielsalm enregistrée dans le GPS ? La défense n’en dira pas plus. Les prévenus, déjà suspectés en Allemagne d’avoir participé à de nombreux délits (prise d’otages, extorsion), risquent entre 20 et 15 mois de prison. Le tribunal rendra son jugement le 8 mars.

(sudpresse.be)

Les commentaires sont fermés.