24/06/2013

A Trois-Ponts, un jeune footballeur d'Aywaille décède.

Trois-Ponts: un jeune footballeur d'Aywaille décède sur le terrain

 

"Les secours ont tout tenté, pendant bien trois quarts d'heure, mais ils n’ont pas pu le sauver", témoigne le bourgmestre de Trois-Ponts, Francis Bairin. 

 
 
 

 

Un joueur de football âgé de 22 ans, Julien Lierneux, est décédé samedi matin lors d'un match de football qui se déroulait à Trois-Ponts, a indiqué dimanche à l'agence Belga Frédéric Archambeau, échevin des Sports de la commune et vice-président du club de football, confirmant une information du site internet de La Meuse Verviers. Le jeune homme, originaire d'Aywaille, a été victime d'une rupture de l'artère pulmonaire.

 

Rupture de l'artère pulmonaire

"Le match a débuté vers 10 heures et après environ 15 minutes de jeu, le joueur s'est mis sur le côté car il ne se sentait pas bien. Rapidement, il a perdu connaissance. Un infirmier urgentiste qui jouait dans une autre équipe lui a porté les premiers secours en attendant l'arrivée de l'hélicoptère médicalisé de Bra-sur-Lienne", raconte Frédéric Archambeau. Les secours ne sont malheureusement pas parvenus à réanimer le jeune joueur.

 

20/06/2013

Une voiture radar de la police fédérale de la route filmée à 149 km/h sur l'autoroute (vidéo)

Un film est actuellement diffusé sur You Tube montrant une voiture de police munie d’un radar circulant à 139 km/h à un endroit où la vitesse est limitée à 90. A un autre moment, elle est à 149 km/h sur l’autoroute.

Youtube

Le film a été tourné par un automobiliste qui suivait le véhicule de police. Cette infraction peut conduire à deux semaines de retrait de permis et 550 euros d’amende. La police fédérale promet d’enquêter sur ces images, écrit jeudi le quotidien Het Laatste Nieuws.

Les faits se sont déroulés le dimanche 9 juin dernier sur la E313 à Bassenge, entre Liège et Tongres, indique l’auteur, anonyme, du film. La voiture radar de la police fédérale de la route roulait à très vite allure sur l’autoroute, atteignant 149 km/h au lieu de 120.

Même comportement un peu plus loin à l’endroit où des travaux sont réalisés et la vitesse limitée à 90 km/h, le véhicule a ralenti pour atteindre 139 km/h, soit toujours 49 km/h au dessus de la limite.

Le film montre que le véhicule appartient à la police de la route de la Province de Liège.

La police fédérale va maintenant étudier les images et le conducteur du véhicule pourrait être sanctionné s’il n’était pas en intervention.

17/06/2013

Barrage des douanes forcé à hauteur de Wellin (E411).

Samedi soir, vers 23h, une voiture avec trois personnes à bord a forcé un barrage mis en place par le service des douanes à Wanlin sur la E411. Les fuyards, trois Albanais qui circulaient à bord d’un véhicule volé, ont quitté l’autoroute E411 à Wellin où ils ont percuté une autre voiture.
            
Wanlin voiture barrage.jpg

 

 

 Les fuyards ont percuté une voiture de touristes néerlandophones.  D. J.
 
    
                Le choc entre les deux véhicules a été extrêmement violent. Deux fuyards ont été blessés. Dans l’autre véhicule, où se trouvaient un couple de Néerlandophones et un enfant, les trois personnes ont été blessées. Le conducteur a été plus grièvement touché. L’un des fuyards a alors pris la fuite.
               
                Sont intervenus sur place : la douane, la police de Semois et Lesse et cinq ambulances ainsi que trois SMUR venus de Dinant, Marche et Libramont pour soigner et transporter les blessés dans les différents hôpitaux de la région. Le parquet a été prévenu et un expert, qui a été désigné, s’est rendu sur place.
               
                La chasse à l’homme a été fructueuse et il était environ deux heures du matin lorsqu’on apprenait que l’homme en fuite venait d’être pris par la police dans un bois tout proche.

 

(sudpresse.be)

16/06/2013

Un blessé grave sur l'E411, l'ors d'un contrôle de la Douane à Wellin.

 

012.JPG

Le samedi 15 juin vers 23 h, un contrôle douanier était placé l'autoroute E 411 à hauteur de Wellin.

Le chauffeur d’un véhicule dans lequel se trouvaient trois personnes, a forcé un barrage de la douanes sur l’autoroute, et a tenté de s’échapper en empruntant la bretelle de Wellin. À la sortie de la bretelle, le véhicule ayant été déporté sur la gauche. Il s’en est suivi une collision avec un véhicule venant en sens inverse dans lequel se trouvait une famille. Les trois occupants de cette voiture ont été blessés: la mère et la fille, mais le papa qui conduisait l’auto est dans un état très grave.

Parmi les trois fuyards, deux ont également été blessés, le troisième a réussi à s’échapper, il a été arrêter vers 2 h.

Cet accident a nécessité l’intervention des SMUR de Marche, Libramont et Dinant ainsi que cinq ambulances de plus les policiers de la zone Semois et Lesse se sont rendus sur place.

Un expert a été désigné par le parquet en charge du dossier.

Les premiers pièces de l’enquête font état de l'utilisation d'un véhicule volé.

Cette action des douanes réunissait différents services  : Les Brigade motors de Wanlin et Beauraing ainsi que la Régie de contrôle de Bierset.

(Infos SPF Finances)

03/06/2013

La coup de gueule de l'avocat de Vielsalm, Christophe Bleret: il veut des vrais juges, pas des avocats

Avocat spécialisé en infractions de roulage, Christophe Bleret, de Vielsalm, n’a pas sa langue en poche et se bat pour ses principes. Jeudi, il a refusé de plaider son dossier devant le tribunal de police de Verviers, car le juge avait demandé à un avocat de le remplacer. Il n’en restera pas là. Il a décidé que, dorénavant, il refuserait que ses clients soient jugés par des avocats.

 

«
Si tous les avocats faisaient ça, le ministère de la justice bougerait
!
»

David Martin

« Si tous les avocats faisaient ça, le ministère de la justice bougerait ! »

« Mes clients ont droit à un juge professionnel. » Un principe assez naturel en droit, que l’avocat Christophe Bleret, spécialisé en roulage, a décidé de faire appliquer à la lettre. Car trop souvent, on demande aux avocats de jouer les «bouche-trous » en cas de juge ou de membre du ministère public absent.

C’est ce jeudi que l’avocat a enfourché son nouveau « cheval de bataille », devant le tribunal de police de Verviers. Il devait défendre un de ses clients poursuivi pour ivresse au volant. «Le juge a dit qu’il ne pouvait pas prendre ce dossier-là et a donc dit qu’il allait appeler un avocat pour le suppléer. J’ai refusé de plaider. Le juge a donc dû reporter ce dossier dans deux semaines et a désigné un magistrat professionnel. J’ai donc eu gain de cause cette fois-ci », se réjouit l’avocat.

Pour Christophe Bleret, c’est décidé. Plus jamais il ne plaidera devant un avocat suppléant un juge, que ce soit dans une chambre à un ou trois juges. « C’est une question de principe. Peut-être que je vais être sanctionné plus lourdement la fois prochaine, mais tant pis. J’espère que ça pourra faire bouger les choses. »

Bruno Beckers (Sudpresse.be)

02/06/2013

Notre collègue blogueur Sudinfo d’Oreye retrouve un camion volé !

 

journal la meuse geofffrey moes.jpgBonne nouvelle pour la commune de Crisnée : la camionnette du service travaux, volée la semaine dernière, a été retrouvée ce week-end (26/05). Le taxi social reste introuvable.

Et c’est grâce à la vigilance de notre blogueur de la commune d’Oreye qu’on a réussi à remettre la main sur le véhicule. Geoffrey Moies témoigne : « Tout récemment, en passant à Oupeye, j’ai remarqué une camionnette avec l’inscription « commune de Crisnée ». Ça m’a semblé étrange. J’avais lu dans la Meuse que dans cette commune certains véhicules communaux avaient été volés. Et quand je suis repassé quelques heures plus tard, elle était toujours là ».

La présence d’un véhicule de la commune de Crisnée à Oupeye a donc mis la puce à l’oreille de Geoffrey : « J’ai pris des photos et j’ai contacté Philippe Goffin, le bourgmestre de Crisnée. Je lui ai envoyé les images et il est allé vérifier lui-même dans la soirée.  Il a aussitôt prévenu la police et la camionnette a été récupérée ».

Un beau geste de la part de notre blogueur, pour le plus grand soulagement de Philippe Goffin Bourgmestre de Crisnée : « Ça a été une belle surprise et je remercie chaudement Geoffrey d’avoir ouvert l’œil. C’est un bel exemple de vigilance citoyenne ! Comme « récompense », je l’ai invité à venir assister avec nous prochainement à un concert… ».

28/05/2013

La FTLB cherche des passionnés du coticule...

Collaborez avec la FTLB...944183_542148335824620_1001815905_n.jpg

La Fédération Touristique du Luxembourg Belge recherche des témoignages :

Vous êtes passionnés ou experts concernant l’un des thèmes prévus au sommaire du prochain Regards d’Ardenne ? Alors contactez-nous à regardsdardenne@ftlb.be. Votre témoignage sera peut-être publié. 

Au sommaire :
- Le cheval de trait ardennais : compagnon de travail, de loisir ou de passion,
- l'Ardenne souterraine, suite : du coticule en Terre de Salm à la merveilleuse grotte de Hotton,
- Les Sentiers de Grande Randonnée : création, balisage, découverte,
- l'Eifel allemand : proche de l'Ardenne belge, région à la fois sauvage et diversifiée.

22/05/2013

L'ambassade de Wallonie est ouverte

971203_383794748396123_124738353_n.jpgQu'est-ce que l'Ambassade de Wallonie ?

 . L'ambassade de Wallonie est une initiative citoyenne, apolitique et sans but lucratif lancée par le groupe Sudpresse.

 . Son objectif consiste en un rassemblement d’une large communauté afin de lancer un vrai débat, un lieu de discussion sur l'avenir de la Wallonie et des Wallons.

 . Pour la première fois, un journal ose poser les vraies questions. Participez !

 . Il y aura chaque jour un dossier spécial dans nos journaux 'papiers' et une question complémentaire sur cette page Facebook où votre avis comptera.

 . Mais aussi des concours, jeux, ...

 

Devenir ambassadeur ?

  • Pour devenir « ambassadeur de Wallonie », il suffit de devenir fan de cette page Facebook et de respecter notre charte.

 

Pourquoi être ambassadeur ?

  • Être ambassadeur vous permettra de participer à notre grand sondage, chaque jour, sur notre page Facebook.
     
  • Les ambassadeurs de Wallonie se mobilisent pour une Wallonie plus forte en gardant un regard critique, indépendant et constructif sur notre région.

  • Les ambassadeurs de Wallonie peuvent donner leur avis sur les grands débats wallons, sur l'actualité de la région et apporter des idées, des projets et des pistes de solution.

  • Ils s'engagent à relayer les initiatives positives, les réussites, la créativité et les projets mobilisateurs portés par des Wallons.

 

Concrètement ?

  • Dans nos journaux : chaque jour, du 23 mai au 22 juin, les journaux Sudpresse vont consacrer 2 pages spéciales sur une question importante pour la Wallonie et les Wallons.

  • Sur la page Facebook : chaque jour, une question complémentaire sera ouverte. Vous pourrez vous exprimer, en totale liberté, afin de faire entendre votre voix sur l'avenir de la Wallonie.

  • Grâce à ce sondage sur Facebook, les avis les plus marquant seront repris dans un article du dossier spécial de nos journaux 'papiers'.

07/05/2013

Grand-Duché: La cigarette bannie des cafés en 2014.

La coalition majoritaire au sein de la commission « Santé » de la Chambre des Députés, s’est (enfin) mise d’accord sur le projet de loi antitabac visant à étendre l’interdiction de fumée à l’ensemble des bistrots et des discothèques. Elle devrait être d’application dès janvier 2014.  

 

Jusqu’à présent, au Grand-Duché, on pouvait encore et toujours fumer dans les bistrots. Mais cela ne devrait plus durer. Un projet de loi, brinquebalé d’un débat à l’autre depuis de longs mois, pourrait, selon les dernières avancées des députés de la commission « Santé », être voté avant cet été et entrer en application en janvier 2014.

On peut s’étonner, d’ailleurs, que l’on puisse encore fumer dans les bistrots luxembourgeois. En réalité, il s’agit encore des seuls lieux publics où la fumée de cigarette accompagne les discussions (de comptoir). Il est cependant formellement interdit, depuis plusieurs années déjà, de fumer dans les restaurants et autres lieux publics.


Au Luxembourg, on peut encore fumer dans les cafés. Plus pour longtemps.

Sudpresse

Au Luxembourg, on peut encore fumer dans les cafés. Plus pour longtemps.

Au Luxembourg, alors que les pays voisins ont pris des mesures strictes autour de l’interdiction, les débats se prolongent sur la question de la cigarette dans les cafés depuis de longs mois, malgré une volonté affichée du ministre de la Santé, Mars di Bartolomeo, d’avancer vite et bien sûr cette question.

Difficile d’arriver à un consensus, toutefois, malgré l’impact connu du tabagisme passif en terme de santé publique. Finalement, la commission « Santé », au niveau de la Chambre des Députés, s’est réunie jeudi pour avancer sur le projet de loi autour duquel on débat depuis plus d’un an.

Au cœur de la discussion, notamment, l’éventualité d’accorder un délai de trois ans aux bistrots de moins de soixante mètres carrés qui n’employaient pas de salariés pour se mettre en conformité. Le projet de loi, en effet, prévoit la possibilité pour les cafetiers d’installer des fumoirs dans des espaces isolés et équipés de systèmes d’épuration de l’air.

Seulement, nombreux sont les petits bistrots qui n’ont pas la possibilité, soit par manque de place, soit faute de moyens financiers, de mettre en place ces espaces. C’est principalement autour de cette problématique, afin de ne pas pénaliser ces petits tenanciers, que ça cogitait ferme sur les bancs de la commission. Même la Chambre de Commerce avait émis un avis mitigé sur le projet de loi, trouvant qu’il allait beaucoup plus loin, trop peut-être, que ce que prescrivait la directive européenne en la matière. Reste que, au cœur de la Grande Région, le Luxembourg faisait figure de mauvais élève sur la question du tabagisme au sein des lieux public

C’est le Conseil d’État qui a mis en garde le législateur par rapport à l’éventualité d’octroyer un délai aux petits bistrots. La haute instance s’est interrogée sur la justification de la différence de traitement entre les gestionnaires des débits de boissons selon que la surface d’exploitation dépasse ou non le seuil de 60 m 2 . Alors ? Et bien, l’analyse a permis aux membres de la coalition majoritaire de s’aligner sur un seul et même avis. Les choses sont désormais claires : l’interdiction sera généralisée. La fumée de cigarette disparaîtra de l’ensemble des bistrots mais aussi des discothèques.

Le texte devrait être voté avant l’été, et pourrait entrer en application en janvier 2014. Voilà qui ne devrait pas réjouir les tenanciers, qui craignent une perte au niveau de leur chiffre d’affaires. Mais les non-fumeurs, eux, retrouveront sans doute le plaisir de partager un verre à la table d’un bistrot, entre amis ou en famille, sans être incommodés par la fumée et l’odeur de tabac.

05/05/2013

Le suspect du meurtre de Hugues Henneaux sous les verroux.

 

 

L’enquête n’a pas traîné après la découverte du corps de Hugues Henneaux, vendredi après-midi, dans le coffre d’un de ses véhicules à Longlier. L’homme avait disparu depuis lundi. L’examen du corps par un médecin légiste, puis l’autopsie, ont permit d’établir que le malheureux quadragénaire avait été tué à coups de couteau. Un ou plusieurs coups, cela n’a pas encore été précisé. Quelques heures après la découverte du corps, un avis de recherche tombait. La personne recherchée : Jean-Philippe Blanc, un Français d’une cinquantaine d’années. L’avis de recherche précisait : « Cette personne a résidé dans la province de Luxembourg durant une dizaine d’années ( région d’Athus-Aubange, Neuchâteau et Libramont). M. Blanc pourrait circuler dans une voiture VW Golf de couleur verte.  »

Et on apprend que ce dimanche, en fin de matinée, le suspect a été interpellé. Au Parquet de Neufchâteau, M. Gourdange, confirme cette interpellation. Par contre, il ne confirme pas que des complices auraient été interpellés. Cela n’exclut toutefois pas, évidemment, des complicités éventuelles. Ce dimanche, le suspect est entendu par les enquêteurs.

Avec la loi Salduz et la possibilité pour les suspects d’obtenir la présence d’un avocat, ce n’est vraisemblablement que ce lundi matin que l’homme sera présenté au juge d’instruction. Si il passe aux aveux, il restera à obtenir le mobile. On peut tout imaginer : raisons financières ? Eventuellement liées au commerce de voitures de la victime ? Ou autre chose ?  L’enquête devra l’établir.

Plus de détails dans La Meuse Luxembourg de ce lundi.

 

(Sudpresse.be)