02/05/2012

Revue de presse sur Vielsalm.

la meuse2.jpg

Voici les huit affiches du premier tour

n.c.

Tour final de P3

Athus ou Saint-Mard (3A) - Sainte-Cécile (3B)

Les Bulles (3B) - Sainte-Marie-sur-Semois (3A)

Sainte-Marie-Wideumont (3C) - Forrières (3D)

Roy (3D)- Ortho (3E) (samedi à 20h00)

Winaloise (3E)- Carlsbourg (3C)

Halanzy (3A)- Vielsalm (3E)

Lierneux (3E)- Haut-Fays (3C)

Amonines (3D) - Neufchâteau (3B)

(lameuse.be)

01/05/2012

Revue de presse sur Vielsalm.

foot2.jpg

Voici les huit affiches du premier tour

n.c.

Tour final de P3

Athus ou Saint-Mard (3A) - Sainte-Cécile (3B)

Les Bulles (3B) - Sainte-Marie-sur-Semois (3A)

Sainte-Marie-Wideumont (3C) - Forrières (3D)

Roy (3D)- Ortho (3E) (samedi à 20h00)

Winaloise (3E)- Carlsbourg (3C)

Halanzy (3A)- Vielsalm (3E)

Lierneux (3E)- Haut-Fays (3C)

Amonines (3D) - Neufchâteau (3B)

(sudpresse.be)

29/04/2012

Revue de presse sur Vielsalm.

Les poulaillers en danger.

<P>À Provedroux, Jean-Philippe Laurent, l’exploitant, a décidé de ne pas investir les 500.000 € nécessaires à la mise aux normes. <CREDIT> N.L.</CREDIT> </P>

À Provedroux, Jean-Philippe Laurent, l’exploitant, a décidé de ne pas investir les 500.000 € nécessaires à la mise aux normes. N.L.

n.c.

province agriculture
4 exploitants d’élevages de poules pondeuses en batteries sur 5 ont cessé leurs activités!

Jean-Philippe Laurent de Provedroux s’insurge contre le coût élevé de la mise aux normes. Dans notre province, quatre exploitants de poulaillers industriels sur cinq, ont mis la clé sous le paillasson! Des chiffres communiqués par le CER de Marloie, pour le moins interpellant! En cause? L’entrée en vigueur, le 1er janvier dernier, des nouvelles normes européennes.

Les modifications à apporter aux infrastructures ont un coût que la plupart des agriculteurs refusent de supporter. Parmi eux, Jean-Philippe Laurent de Provedroux (Vielsalm). “ L’Europe prend des décisions sans en mesurer les conséquences économiques ”, s’insurge-t-il. “ Elle pousse à mettre les poules au sol alors que la cage a été inventée pour limiter les risques sanitaires.

À Provedroux, comme à Libramont, Longlier et Rachecourt, les poulaillers ont fermé fin décembre. “ Je viens de vendre le hall à un débardeur de la région ”, indique le Salmien, ému, en parcourant les locaux vides. “ Les actes seront signés dans les prochains jours. La décision a été difficile à prendre. Cela dit, je pense avoir fait le bon choix.

Fils et petit-fils d’agriculteur, Jean-Philippe a repris l’exploitation familiale en 1996. Trois ans plus tard, il décidait de diversifier ses activités en optant pour un élevage de poules pondeuses en batterie. En 2006, une première mise aux normes l’obligeait à revoir le nombre de volatiles à la baisse: 31.164 au lieu de 37.500. Début 2011, il a fallu prendre une décision. “ Si j’avais voulu poursuivre, avec le même nombre de poules, au-delà du 31 décembre, j’aurais été contraint d’acheter de nouvelles cages plus spacieuses et d’allonger le bâtiment de 15 mètres. J’y ai renoncé car l’investissement de 500.000 € était trop important. ” Reste que l’agriculteur salmien a une autre corde à son arc: la location de gîtes. Une activité à laquelle il se consacre à présent à temps plein. “ Le taux de fréquentation de mes trois gîtes de grande capacité est bon ”, souligne-t-il. “ Je m’investis pour répondre aux attentes de la clientèle. Les logements de vacances sont équipés de piscine, sauna et salle de jeux.

À Provedroux, Jean-Philippe Laurent, l’exploitant, a décidé de ne pas investir les 500.000 € nécessaires à la mise aux normes. N.L.

(lameuse.be)

27/04/2012

Revue de presse .

Un Chasseur Ardennais blessé en Afghanistan est décédé en Belgique.

Les militaires belges sont en mission à Kunduz.

 

Le sous-officier belge de 37 ans victime d’une grave lésion lors d’une activité sportive à Kunduz, en Afghanistan, est décédé cette semaine en Belgique. Le ministère de la Défense qui n’a pas voulu donner d’autre précision.

 

Publié le Vendredi 27 Avril 2012 à 15h36

Le militaire avait été rapatrié le 9 avril en Belgique et transféré dans un hôpital civil.

Il s’agissait d’un sous-officier appartenant au bataillon des Chasseurs ardennais de Marche-en-Famenne, actuellement déployé à Kunduz (nord de l’Afghanistan) dans le cadre d’une “ Operational Mentoring and Liaison Team ”  pour encadrer une unité de l’armée afghane.

(lameuse.be)

26/04/2012

Revue de presse sur Vielsalm.

la meuse2.jpg

Anthony est libéré sous conditions

 

Vielsam tentative de meurtre

Anthony M. a comparu devant la Chambre du conseil de Marche-en-Famenne, vendredi matin. Il a été libéré sous conditions mais le Parquet a fait appel de la décision. Il reste inculpé de tentative de meurtre et d’entrave méchante à la circulation. Pour rappel, les faits se sont produits dans la nuit de mardi à mercredi lors d’un contrôle routier effectué par deux policiers de Vielsalm à Salmchâteau. Il était 00 h 30 quand l’automobiliste a tenté d’échapper au contrôle en fonçant sur l’un des agents. Celui-ci a évité la voiture de justesse et n’a pas été blessé. Une course-poursuite s’est alors engagée entre l’automobiliste et la police. La voiture de celui-ci est finalement tombée en panne à hauteur de la marbrerie de Sart. Le jeune Salmien n’avait pas de permis de conduire et pas d’assurance. Mercredi, il avait été présenté au juge d’instruction et placé sous mandat d’arrêt. Pourquoi a-t-il foncé sur le policier ? “ Les explications qu’il a données à la chambre du conseil ne sont pas très claires ”, précise Elisabeth Dessoy, procureur du Roi de Marche-en-Famenne. “ Il affirme, en tout cas, qu’il a eu peur d’être contrôlé car il n’avait pas d’assurance.

” Les éléments à charge du jeune homme n’ont pas été jugés suffisants pour le maintenir en détention préventive. “ Des conditions ont toutefois été posées. Parmi celles-ci, l’obligation de chercher du travail. ” Elisabeth Dessoy poursuit en disant qu’elle a fait appel. Anthony M. reste écroué à la prison de Namur en attendant que la cour d’appel de Liège statue sur la demande du parquet. Une décision qui interviendra endéans les quinze jours.

23/04/2012

Revue de presse .

“ On a rattrapé Philippe Gilbert ”

n.c.

Dans la voiture de la formation Lotto-Belisol pour la reconnaissance de la Doyenne

Une reconnaissance de Liège-Bastogne-Liège pour un pro, c’est comme un buteur qui fait le tour d’un terrain de foot pour s’assurer que les cages n’ont pas pris la poudre d’escampette la veille. Anodin? Absolument pas. Incontournable tradition et mise en confiance, certainement. Ce n’est pas que, des fois, la Redoute pourrait se passer sur la grande plaque mais ces quelques bornes permettent aux coureurs de s’imprégner de cette atmosphère si particulière qui règne sur les monuments.

Pour preuve, toutes les formations se farcissaient plusieurs bornes sur le tracé ce vendredi. Lotto, comme BMC, avait décidé de débuter à Spa. “ Movistar part de Vielsalm mais c’est trop long. On sort de la Flèche... ”, glisse Jelle Vanendert avant d’enfourcher sa monture. Au programme, les soixante derniers kilomètres et leur concentré de pourcentages comme l’Ardenne sait si bien les servir. “ Le parcours est toujours pareil ”, confie Herman Frison, le directeur sportif de l’équipe belge, au volant de l’un des deux véhicules griffés Lotto. “ Mais ça permet de tourner les jambes et de prendre ses marques.

Alors que le groupe montait au train les premières difficultés du jour que sont le Maquisard et le Mont Theux, écœurant à l’occasion quelques cyclos, les choses prenaient une autre tournure une fois la Redoute annoncée. “ Je leur dis toujours d’y aller tranquillement mais ils veulent se tester, c’est toujours comme ça ”, lance, comme une prédiction, le Belge à l’entame de la mythique grimpette. Et Jelle Vanendert ne se faisait pas prier pour descendre dans les dents. Quelques mètres d’avance au plus fort de la pente avant de se rasseoir, tranquillement. “ Il est à 100 %... La victoire, il peut la glaner, c’est presque évident.

80 km/h au compteur

Regroupée, la meute avale le Hornay sans transpirer avant de piquer grande plaque vers la Roche aux Faucons. Dans la voiture, le compteur affiche 80 km/h... “ C’est l’endroit clé de la course ”, poursuit Herman Frison. “ Objectif, y arriver avec le plus d’équipiers possible car c’est là que ça va exploser. Il faut attendre le final. Stockeu, c’est bien trop tôt. Ce qui compte, c’est d’être premier à Ans, pas à Wanne...

Dès les premiers hectomètres de la terrible grimpée, Vanendert remettait le couvert. “ Il est bien, là ”, confirme Frison en regardant son visage. “ Je le vois à la couleur de sa peau (sic) mais pas seulement. Il est au top... L’idéal, ce serait un petit groupe de 6 ou 7 où ça se regarde...Et Jelle part tout seul ”, sourit l’ancien coureur.

van den broeck, le joker

Derrière, Jurgen Van den Broeck y va également de sa salve. “ C’est notre joker... ” Un joker qui se faisait une fameuse frousse avant Saint Nicolas. Distrait, un livreur de pizza l’envoyait tâter du macadam. Quelques contusions et un ou deux jurons plus tard, le groupe se présente dans la bosse des Italiens. Gilbert et les siens, partis dix minutes plus tôt, pointaient à quelques encablures. Pied dans le phare ou, plutôt, sur les pédales, les Lotto grimpent au taquet. “ Là, ça roule ”, glisse Jean-Pierre Christians, mécano de son état, alors que Jurgen passe en tirant la langue pour amuser la galerie. Le groupe explose alors. Les cyclistes du dimanche assistent, bien impuissants, à la démonstration. Une fois encore, Jelle mène la danse. Et il le fera jusqu’à Ans. Là il rattrape, avec le reste de son équipe, les BMC d’un certain Philippe Gilbert. “ On a battu Gilbert ”, s’esclaffe Frison. “ Ils partent dix minutes avant nous et voilà le résultat... ” Et de conclure: “ C’est un signe ça... (rires) ”

(lameuse.be)

Revue de presse sur Vielsalm.

judiciaire >P.9Le SPAR de Vielsalm braqué: de 10 à 20.000 € de butin nadia lallemant nadia

<P> nadia lallemant </P>

nadia lallemant

judiciaire >P.9

Le SPAR

de Vielsalm braqué: de

10 à 20.000 €

de butin

nadia lallemant

22/04/2012

La version 2012 de Tax-on-Web est truffée d'erreurs.

 

La nouvelle version de Tax-on-Web lancée mardi comporte de nombreuses erreurs. Il s’agit, la plupart du temps, de montants déductibles ou des réductions d’impôts qui n’ont pas été indexés...

 

Rédaction en ligne

 

Publié le Samedi 21 Avril 2012 à 22h49

C’est une information rapportée par l’Echo et De Tijd

Un expert fiscal chez Kluwer cité par les quotidiens a en effet constaté plusieurs erreurs en remplissant la déclaration fiscale de l’un de ses clients. Les programmeurs du SPF Finances ont ainsi commis des erreurs dans la déclaration des bonus, gratifications, assurances-groupes et plans d’épargne-pension. “Les montants maximum ne correspondent pas”, explique le fiscaliste. “Le SPF Finances a oublié de les indexer.” “Je tombe des nues”, a réagi Francis Adyns, porte-parole du ministère des Finances, interrogé par De Tijd. “Je n’étais pas au courant. Vous comprenez qu’il est difficile d’y remédier pendant le week-end. Mais, lundi, nous allons vérifier ça tout de suite.”

Près de 10.000 contribuables avaient déjà posté leur déclaration sur la version 2012 de Tax-on-web samedi soir. “Je pense que seule une petite partie de ceux-ci sont concernés, a ajouté le porte-parole.

17/04/2012

Revue de presse sur Vielsalm.

Antoine Demoitié, 30e: “Pas prêts à affronter ça”

<P><LEGENDE>Warnier et Demoitié. </LEGENDE><CREDIT> KR</CREDIT> </P>

Warnier et Demoitié.KR

n.c.

Cyclisme - Liège-bastogne-liège espoirs, samedi Des conditions de course horribles et un vainqueur venu du froid

Le Danois Michael Andersen a succédé ce samedi à Tosh Van der Sande au palmarès de Liège - Bastogne - Liège Espoirs. Une édition qui restera gravée dans les mémoires et dans les os de ces courageux coureurs, qui ont parcouru 130 des 180 kilomètres trempés comme des cannes et frigorifiés.

Ils étaient 187 samedi, Place Mac Auliffe à Bastogne, rêvant de gloire sur l’anneau d’Ans - Alleur. Mais si ce peloton était prêt, armé de mollets aiguisés, il s’est retrouvé confronté à un adversaire qu’il n’attendait pas: le froid glacial. “ Quand on est parti, il ne faisait pas chaud mais le soleil se montrait quand même de temps à autre... Nous sommes partis en court, avec un gilet sans manche pour certains, mais rien de chaud. Nous avons été surpris car nous n’imaginions pas devoir affronter ça. ” “ Ça ”, c’est la douleur des grêlons frappant les muscles tendus et tétanisés, martyrisant les joues et perturbant la visibilité. Ce sont ces gouttes si froides qu’elles paralysent les doigts et empêchent un bon freinage. “ Ça ”, c’est aussi ce tapis blanc, luisant et glissant ayant fait valdinguer des dizaines de coureurs impuissants à terre.

Après une première précipitation du côté de Vielsalm, les coureurs, trempés et grelottant, retrouvaient des conditions moins extrêmes pour filer vers la côte de Wanne, qui lançait véritablement la fin de course. Mais aussi la fin “ tout court ” pour beaucoup, incapables de supporter (NDLR: et on comprend) le froid et la pluie qui n’allaient plus lâcher les coureurs. Chaque kilomètre allait offrir son lot d’abandons.

Ils n’étaient ainsi plus qu’une petite centaine au pied de la Redoute, où l’on retrouvait un trio de tête composé de Bouvry, Turgis et Andersen, le futur vainqueur. Ce dernier, après avoir bien bossé pour garder l’écart et sachant qu’un groupe de contre pointait à 45 secondes au pied de Saint-Nicolas, allait mettre une attaque décisive et s’imposer en solitaire.

Un américain en pleurs

Trois minutes après l’arrivée du vainqueur, les deux premiers Liégeois, Antoine Demoitié et Antoine Warnier, coupaient la ligne, respectivement en 30 et 36e positions. “ Si je n’avais pas eu une roue à accrocher au sommet de la Redoute, j’aurais abandonné ”, avouait un Antoine Warnier glacé mais fier de sa prestation, lui qui a débuté le vélo en compétition... voici 14 mois à peine.

Sur la pelouse centrale, on retrouvait des coureurs sales, transformés en zombies frigorifiés, claquant des dents, les larmes aux yeux, incapables de se relever après s’être effondré avec leur vélo, comme cet Américain sur qui le soigneur venait placer une couverture.

Quelques instants plus tard, on apercevait au loin Arnaud Géromboux, troisième et dernier Liégeois à boucler l’épreuve.

Mais dans ces conditions, et comme si ce parcours n’était pas déjà assez dur, tous les coureurs méritaient des applaudissements nourris.

Et chauds!

Warnier et Demoitié.KR

12/04/2012

Revue de presse .

Voici la future maison de repos

n.c.

stavelot accueil des personnes âgées
Les travaux devraient démarrer en 2013. La maison de repos de Stavelot comptera 114 lits

Une nouvelle maison de repos à Stavelot, on en parle depuis l’année 2000. Aujourd’hui, la concrétisation est proche. Les travaux devraient démarrer en 2013.

En quoi vont-ils consister? Dans sa configuration actuelle, la maison de repos de Stavelot compte 114 lits répartis sur deux sites distincts: 84 lits dans le bâtiment du Pré Messire et 30 lits à l’aile Saint-Nicolas (ancien hôpital situé à côté de l’Abbaye de Stavelot). Une situation jugée peu pratique.

Le projet consiste donc à ramener tous les lits de l’ancien hôpital sur le site du Pré Messire. Il y aurait ainsi une seule et unique maison de repos à Stavelot qui compterait 114 lits. “ Cette situation sera bien plus confortable ”, développe Christiane Augustin, présidente du CPAS de Stavelot. “ Pour l’instant, nous avons une cuisine dans le bâtiment du Pré Messire qui réalise tous les repas de midi. À la fois ceux des résidents du Pré Messire et ceux de l’aile Saint-Nicolas. Tous les midis, il faut donc transporter des repas sur l’autre site. Pour le matin et le soir, une cuisine secondaire a été emménagée à l’aile Saint-Nicolas. Mais à cause de cela, nous avons deux cuisines au lieu d’une... Autre exemple: notre buanderie, est installée au Pré Messire. Il faut donc systématiquement transporter le linge sale et le linge propre d’un site à l’autre. Enfin, l’aile Saint-Nicolas est un ancien hôpital. La configuration est peu fonctionnelle pour les personnes âgées. On s’oriente difficilement. Tout cela n’est pas pratique.

Avec un seul et même site, ces problèmes seront résolus. Mais pour créer 114 lits au Pré Messire, là où il n’y en avait que 84, de gros travaux vont être nécessaires.

Deux extensions vont être réalisées. “ La première comprendra 16 chambres ainsi qu’une salle polyvalente. Nous pourrons y organiser la messe car la petite chapelle actuelle sera détruite dans les travaux. Cette salle pourra aussi accueillir des spectacles car pour l’instant, la plupart des animations doivent avoir lieu dans le restaurant car nous n’avons pas la place ailleurs.

La deuxième extension comprendra 32 chambres et un “ cantou ”, un lieu de vie communautaire pour les personnes en perte d’autonomie (les personnes atteintes d’Alzheimer par exemple). Une terrasse sera aussi construite pour les résidents.

Le chantier comprendra des travaux externes mais aussi internes au bâtiment. “ Pour l’instant, nous avons huit chambres à trois lits au Pré Messire. Bientôt, cela ne sera plus autorisé. Les chambres vont donc être reconditionnées et devenir des chambres à deux lits. Nous referons aussi de nouvelles salles de bains.

Quant aux bureaux du CPAS, actuellement au Pré Messire, ils déménageront. “ Nous nous installerons dans un premier temps dans l’aile Saint-Nicolas ”, poursuit Christiane Augustin. “ Il n’y aura pas la place pour nos bureaux dans le futur bâtiment du Pré Messire.

La maison de retraite de Stavelot est aujourd’hui occupée à 97 - 98 %. Et il y a encore une liste d’attente. Pourquoi ne pas avoir profité de ces travaux pour augmenter le nombre de lits? “ Les maisons de repos de Malmedy, Waimes et Vielsalm augmentent également leur capacité. Les 114 lits de Stavelot nous permettront de répondre aux demandes.

Le chantier tant attendu devrait démarrer en 2013.