05/10/2012

Un musée de la 83e division US inauguré à Vielsalm.

 

<P>Le risque d’inondation du musée n’est pas encore écarté. <CREDIT> N.L.</CREDIT> </P>

Le risque d’inondation du musée n’est pas encore écarté. N.L.

 

Le musée de la 83e division US a été inauguré en grande pompe, à Bihain, en présence d’Henri Kichka, avec les associations patriotiques, la garde d’honneur de la 101e, un ancien combattant, fait citoyen d’honneur de la commune de Vielsalm, et même trois hélicoptères de l’armée! Un musée unique en Europe, selon André Hubert, président d’honneur du CRIBA, dans le sens où il est le seul consacré à l’histoire d’une seule unité. Le parcours de la 83e division qui libéra le village le 10 janvier 1945 y est retracé dans un décor reconstitué, ponctué des photos de Tony Vaccaro, soldat reporter au sein de cette division. Robert Van de Wiele, le papa de ce projet qui a germé à la suite d’une rencontre avec le photographe américain, n’a pas caché son émotion au moment d’annoncer la naissance de son enfant après... 7 ans et demi de combat. En 2005, en effet, après avoir constaté que les eaux de ruissellement des propriétés voisines inondaient le chantier, Robert Van de Wiele a bataillé ferme pour tenter de trouver une solution et mener son projet a bien. On se souvient que lors de l’inauguration de la maison communale de Vielsalm, il n’avait pas hésité à interpeller le ministre wallon Philippe Courard à ce sujet. Il demandait à la commune de Vielsalm d’organiser, à ses frais, un égouttage cohérent des eaux de ruissellement aux

abords de sa propriété. Un début de solution a été trouvé l’an dernier. Grâce à une subvention de 240.000 € du CGT (Commissariat Général au Tourisme) des drains ont été posés autour du bâtiment et la construction a pu s’achever. “ Ce musée a déjà toute une histoire ”, a souligné Elie Deblire, bourgmestre de Vielsalm. “ Robert Van de Wiele a atteint son objectif à force d’acharnement, de travail et de patience. ” Reste que cette saga n’est pas encore terminée. Le risque d’inondation n’est pas encore complètement écarté. L’ASBL “ 83rd Thunderbolt division ”, gestionnaire du nouveau musée, a décidé d’envoyer un courrier au Collège communal pour lui rappeler que le problème n’est qu’en partie résolu. “ Nous redoutons une nouvelle inondation. S’il pleut abondamment pendant plusieurs jours, l’eau restera dans les canalisations et le problème de l’évacuation se posera. Nous demandons au collège de trouver une solution pour évacuer le trop plein dans la rivière qui coule en contrebas ”, conclut Robert Van de Wiele. Le musée est ouvert le mercredi de 14 à 17 h, le samedi et dimanche de 10 h à 12 h et de 14 à

17 h. Entrée: 5€ (adulte), 2,5 € (enfant). Plus d’infos: 080/41.87.39.

Le risque d’inondation du musée n’est pas encore écarté. N.L.

(sudpresse.be)

 

 

29/04/2012

Juste pour rire.

rire.jpg

 

Un homme a perdu son chapeau, et passe plusieurs jours à le chercher.
> Comme il n'a pas les moyens d'en acheter un autre, il décide d'aller en voler un à l'église pendant la messe du dimanche, à l'endroit où les fidèles déposent leurs chapeaux, faisant semblant d'écouter le sermon qui porte sur les 10 commandements de Dieu.
> Après la messe, l'homme a changé d'avis. Au lieu de voler un chapeau, i...l va parler au prêtre :
> - Mon père, je suis venu ici avec l'intention de voler un chapeau, car j'ai perdu le mien, mais après vous avoir entendu, j'ai changé d'idée.
> - Soyez béni, mon fils. Est-ce que c'est quand j'ai parlé du huitième commandement, "tu ne voleras pas ton prochain", que vous avez changé d'avis ?

> - Non mon père, c’est quand vous avez parlé du septième, "tu ne commettras pas l’adultère", que d’un seul coup je me suis rappelé de l'endroit où j'avais laissé mon chapeau….

02/11/2011

L'histoire de Vielsalm.

 

Origine du nom.


Le village, comme celui de Salmchâteau, doit une part de son nom à un petit cours d'eau, la Salm (la région se nomme d'ailleurs le Val de la Salm, ou Pays de Salm). Le mot Salm viendrait du celtique salwa (noir, brouillé).

Vielsalm (Viye Såm en wallon) signifierait littéralement « Vieille Salm », car en effet, à un moment donné, le seigneur déplaça son château, et ce devint le nouveau centre du bourg ; mais la roue tourna encore, et le centre redevint la « vieille » Salm, dès lors appelée ainsi, et qui éclipsa la « nouvelle » Salm (aujourd'hui Salm-Château).

Une étymologie populaire explique Salm et Vielsam par l'allemand Salm « saumon ». Les armoiries de l'ancienne maison de Salm ainsi que celles de l'actuelle commune, sont des armes parlantes basée sur cette interprétation.

Le passé et le présent.


Le passé de notre région vaut le détour : des polissoirs néolithiques, une enceinte du temps des Celtes, des traces de l’exploitation de l’or sont les signes d’une occupation très ancienne.

Plus près de nous, le Moyen Age nous a laissé le souvenir d’un château disparu, proche de l’église de Vielsalm, et surtout, les restes d’un château plus récent (14ème siècle) à Salmchâteau : deux tours imposantes, une entrée étroite, un accès malaisé : l’idée que nous avons du château fort est ici réalité !

salmchateau_chateau.jpg

Le 18ème siècle a marqué notre région de son empreinte : ici, une vieille ferme avec ses murs épais en schiste ou en arkose et son toit en pente faible recouvert de grandes ardoises arrondies que sont les "cherbins" ; là, une église ou chapelle, avec sa légende ; ailleurs encore une gentilhommière, comme égarée dans l’un ou l’autre village...

Quant au 19è siècle, il fut l’âge d’or de la bourgeoisie triomphante : Vielsalm et sa chasse à courre, ses chevaux, ses chiens, ses "pavillons de chasse" aux allures de château, tout cela a laissé ici un souvenir tenace.

L’époque actuelle ne se raconte pas, elle se vit : l’exploitation forestière, les centres de traitement du bois, les écoles, le lac voisin du centre ville, les sites d’accueil des touristes, les routes et leurs encombrements occasionnels...

Non vraiment, Vielsalm ne vit pas dans le passé, même s’il aime s’en souvenir.


Géographie.


Vielsalm est une commune de la Haute Ardenne, née de la fusion des anciennes communes de Vielsalm, Grand-Halleux, Petit-Thier et Bihain ; quelques parties de Lierneux, Beho et Arbrefontaine y sont jointes. Vielsalm se situe à la pointe Nord-Est de la province de Luxembourg, formant une poche dans la province de Liège.
bec_corbeau1.jpg
Le relief y est varié :

- le plateau ardennais est représenté par les environs de la Baraque de Fraiture ou le Grand-Bois ;

- la vallée principale est la vallée du Glain plus communément appelée vallée de la Salm, du nom d’un affluent du Glain. Elle est souvent étroite et profonde, mais peut s’ouvrir largement comme à Grand-Halleux.

La géologie de la région de Salm est une des plus remarquables que l’on puisse trouver.

A chaque pas, ou presque, on peut rencontrer des roches rares, voire uniques au monde. On y reconnaît la malachite, l’ottrélite, l’ardennite, la vantasselite, on y trouve des cristaux de quartz, de turquoise..., on y a même trouvé de l’or !


Qui ne connaît l’ardoise salmienne ? Ou l’arkose aux couleurs multiples ? Ou encore le célèbre coticule, unique au monde, dont on fait les fameuses "pierres à rasoir" ?

Les cours d’eau donnent vie à de nombreux endroits : longez donc un des ruisseaux qui serpentent dans la campagne ou murmurent en forêt le chant de l’eau, le frémissement du vent dans les arbres, le craquement d’une branche sous le pas d’un chevreuil vous accompagnent...

Votre attention vous y fera découvrir mille et une plantes intéressantes : des fougères, des arbres sortis de légende, des fleurs rares, des champignons, des fruits aussi : la framboise ou la myrtille dont on fait alcool et liqueur et que Vielsalm fête chaque année le 21 juillet à grand renfort de tartes... aux myrtilles.




 


Les armoiries.


armoiries.jpg

Chacun sait que les armoiries de Salm comprennent deux saumons. Ce sont des armes parlantes puisque, dans les langues germaniques, "salm" veut dire saumon. Ceci ne veut pas dire que le saumon est à l'origine du nom de Salm. Les spécialistes de l'héraldique (science des blasons) nous décrivent ainsi les armes du comtes de Salm : " D'argent à deux saumons adossés de gueules". En langage de tous les jours, nous dirions : "un écu blanc avec deux saumons rouges adossés".

La plus ancienne reproduction en couleur de cet écu est conservée à la Bibliothèque Royale Albert 1er. On y voit très bien l'écu blanc, les saumons rouges et le "gros poisson" engloutissant la capeline blanche. Cet écu est au nom de "Graf van Salmen" (1334-1372). armoiries_originales.jpg


Un écu datant du 14ème siècle est scellé dans la muraille à l'intérieur de l'église de Vielsalm.

armoiries_reifferscheid.jpg Quand le comté de Salm passa à la famille Reifferscheid, les armes de Salm furent associées à celles des "nouveaux comtes". On y voit ainsi les deux saumons accompagner les armes de Reifferscheid (écu surmonté d'un lambel à cinq dents), et celles de Dyck (trois losanges).


Après la fin du régime, la commune de Vielsalm utilisa l'écu aux deux saumons pour authentifier ses documents.
Depuis, les armoirires de Salm sont utilisées pour officialiser toutes les manifestations. Elles sont d'ailleurs mises à toutes les sauces, et il arrive souvent qu'on ne retrouve plus guère la noblesse des armes d'origines !


Sources : "Salm en Ardenne", de Mrs Olivier Graulich et Charles Legros. Edité par l'Administration communale de Vielsalm, en collaboration avec l'Asbl "Val de Glain, Terre de Salm"

(www.vielsalm.be).